Le TEC et Amnesty International disent non au harcèlement sexuel dans les lieux publics

Le TEC et Amnesty International disent non au harcèlement sexuel dans les lieux publics

Mardi 6 mars 2018 — « Quand c’est non, c’est non ! » : le TEC s’allie à Amnesty International pour dénoncer les atteintes aux libertés des femmes qui sont toujours aussi nombreuses à être victimes de propos et de gestes à caractère sexiste et sexuel dans les lieux publics (parcs, rues, transports en commun…).

Voyager et travailler en toute sérénité 

Parmi ses abonné-e-s, le TEC compte plus de 55% de femmes. Le nombre de conductrices atteint aujourd’hui près de 8% des effectifs, un pourcentage en augmentation constante. Parce que chacune d’entre elles doit pouvoir voyager et travailler en toute sérénité et en toute sécurité, le TEC s’engage dans ce combat contre les agressions à caractère sexiste dans les lieux publics et plus particulièrement dans les transports en commun. Une série de mesures concrètes seront d’ailleurs présentées dans les semaines à venir dans la foulée de l’adoption par le Parlement wallon d’une résolution pour combattre le harcèlement.

Siffler au lieu de se faire siffler !

À l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, et dans le cadre de sa campagne contre les violences sexuelles « Quand c’est non, c’est non », la section belge francophone d’Amnesty International distribuera 10.000 sifflets et des dépliants afin d’encourager les victimes ou les témoins à réagir face à ces agressions à caractère sexiste. Le 7 mars, une distribution aura lieu au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) et le 8 mars dans les stations de métro de la STIB à Bruxelles ainsi que dans différentes stations de bus TEC et gares wallonnes. 

Le TEC, partenaire d’Amnesty International

Outre la distribution de sifflets sur son réseau, le TEC relaiera la campagne d’Amnesty International via un affichage dans ses véhicules. Une capsule vidéo, qui sera relayée sur les réseaux sociaux, sera également tournée à l’intérieur d’un bus du TEC. L’accoudoir d’un siège de bus se transformera en main baladeuse afin de sensibiliser le public au quotidien des femmes, trop souvent victimes de cette forme de harcèlement.

 

Le TEC et Amnesty International disent non au harcèlement sexuel dans les lieux publics

Stéphane Thiery Directeur du Marketing - Porte-Parole at Groupe TEC